• Clémentine Gustin-Gomez

Cat. 2018 P. 7 - L’Assomption de la Vierge


Huile sur papier.

Diam. 47 cm.

Historique : Probablement vente Louis Joseph Le Lorrain, 20 mars 1758 n°13 « La Fosse. Une Assomption, en plafond, de 20 pouces de diamètre » (24 livres) ; probablement vente François Boucher, 18 février 1771, n°57 : « La Fosse (…) La Vierge dans la gloire, environnée d’Anges ; tableau de forme ronde sur toile de 17 pouces de diamètre » (46 cm) , 51,1 livres ; vente Pierre Lélu, 23 avril 1811, n°58, diam. 17 pouces ; galerie Aaron, Paris, 2018.

Exposition : Exposé à Maastricht, TEFAF, mars 2018

Œuvre en rapport : L’Assomption de la Vierge, fresque, Paris, église de Sainte-Marie de l’Assomption (P. 33) ; L’Assomption de la Vierge, Dijon, musée Magnin, inv. 567 (P. 34).

Ce tondo de belle qualité est en rapport avec le plafond de la coupole de l’église Sainte Marie de l’Assomption à Paris achevé en août 1676 (P. 33) dont un riccordo est conservé au musée Magnin de Dijon.

Notre version de taille plus réduite est esquissée par endroit et pourrait être l’œuvre préparatoire de la coupole de l’église de Sainte-Marie de l’Assomption. Ce tableau très librement exécuté sur papier présente de multiples variantes avec l'oeuvre finale. La Vierge s’élève au centre de la composition se détachant sur un ciel jaune doré au milieu des nuées portée par deux groupes d’anges assez désordonnés. Dans la fresque, La Fosse modifia radicalement la position de ces derniers pour créer une composition en V. Seules quelques figures furent conservées comme les deux anges se détachant au- dessus d’un nuage à droite de l’œuvre. La Fosse reprit également l’idée du petit putto placé tout en bas de la composition accoudé au bord de la toile dont la main dépasse légèrement.

Les autres putti, très présents dans notre esquisse, furent quant à eux conservés dans la fresque de manière plus discrète, intégrés dans des nuées.

Datation : Vers 1676.























L’Assomption de la Vierge, musée Magnin, Dijon.